Archives Mensuelles: avril 2021

0

Une géo-rêverie de la mémoire

Jeu subtil d’écriture, jeu de piste scriptural, ce qui marque dans Les présents d’Antonin Crenn c’est avant tout cette attention particulière à l’espace, aux espaces – urbains comme ruraux – et leur agencement. Du XIIe arrondissement de Paris au Finistère en passant par les Yvelines, ça défile.

0

La poésie comme les copeaux

Le recueil d’Alexandre Gouttard approche la poésie par ses creux et refuse ce que poétique signale d’ordinaire. Il cherche à le redéfinir personnellement à travers son parcours d’enfance, les débris présents. La poésie comme les copeaux…

A.André, L.Giraudon, A.C.Hello, F.Létang - Chambre froide
0

Chambre froide : Travail, Corps, Femmes

C’est une ambiance toute particulière qui nimbe cette œuvre collective composée de la rencontre d’une artiste protéiforme, Fabienne Létang, et trois autrices – poétesses ? nous nous en tiendrons au texte de présentation –, pas n’importe lesquelles, Liliane Giraudon, Amandine André et A.C Hello. Un livre non pas à quatre mains, mais à quatre corps et quatre voix.

pierre vinclair - agir non agir
0

Agir non agir, L’agir sans classes et sans luttes

Avec un titre pareil : agir non agir [sans majuscule] éléments pour une poésie de la résistance écologique il y avait de quoi s’enthousiasmer. Ce n’est pas tous les jours qu’un poète (traducteur et écrivain) de la trempe de Pierre Vinclair s’attelle à une telle tâche, celle de ramener un peu de politique dans le corps du poème et plus généralement de cette chose vague et sans bornes que nous appelons toutes et tous littérature.

0

Du sensible et du politique

À la lecture de La chair du politique , dernier numéro de la revue Sensibilités des éditions Anamosa, on sort avec l’idée qu’effectivement, à y regarder de près, c’est d’affectivités qu’il en va en politique. « La chair du politique » parce que le sentiment fait et défait l’engagement, l’engagement fait et défait le sentiment.

Andrew Culp - Dark Deleuze
0

Dark Deleuze : Par-delà le bon et le mauvais Deleuze

accélérationniste et connectiviste. Une invitation, une ouverture à la relecture de l’œuvre du philosophe du philosophe du désir que nous propose Andrew Culp, dévoilant ainsi les atours d’un Deleuze sombre dont le compagnonnage nous permettrait d’analyser et détruire les forces d’un monde intolérable.